El Camino Loco – Terres d'ici, Terres d'ailleurs

Thylacine, le défunt tigre de tasmanie

tasmanian_tiger_painting_rod_scottAutre emblème fascinant de la , le , Tazzie Tiger, ou tigre de , était un chasseur chassé, le plus grand marsupial carnivore du monde jusqu’en 1936, date officielle de la mort du dernier spécimen connu dans le zoo d’. Ressemblant à un long chien à la queue raide doté d’une grosse tête, ses rayures zébrées lui conféraient une touche de savane. Ce marsupial natif du continent Australien, dont on a trouvé de vieilles peintures rupestres d’aborigènes, a commencé à en être chassé progressivement il y a plus 3000 ans. Son extinction sur le continent a probablement été causée par l’arrivée massive d’aborigènes et des Dingos, engendrant compétitions et sélection naturelle. Cependant, des doutes semblent persister sur les réelles causes, du fait que le Dingo est un chasseur de jour, alors que le Thylacine chasse la nuit et possédait un corps plus résistant. Il est cependant plus possible que ce soit l’utilisation massive du Dingo par les aborigènes comme chasseur qui a contribué à empiéter sur le thylacine, et donc à sa disparition.

Le Thylacine moderne, tel que l’on a connu, existait depuis 4 millions d’années environ, il était présent géographiquement sur l’actuelle Nouvelle-Guinée, ainsi que la Tasmanie. Tectonique des plaques oblige, il s’est retrouvé isolé il y a 10 000 ans lorsque le détroit de Bass s’eAUSTRALIA-SCIENCE-ANIMAL-DNAst créé, et donc protégé en Tasmanie, alors que l’espèce a totalement disparu du continent au XIX siècle. Il était, avec le Tazzie Devil, le Diable de Tasmanie, le principal prédateur des Wallabies, Platypus… Sa présence était généralisée sur l’ile lorsqu’en 1803 les Européens se sont installés. Présent principalement dans les régions montagneuses et humides du centre, et du nord-ouest, il a progressivement migré et multiplié ses attaques sur les élevages de moutons, tout comme notre loup français et le lynx (bien que ce dernier dédaignait généralement le mouton). De 1888 à 1909, le gouvernement Tasmanien payait une prime pour chacune des 2184 têtes qui lui furent rapportées. Fermiers et chasseurs de primes s’y sont donnés à cœur joie; le pauvre animal a bénéficié d’une mauvaise publicité, une photo largement diffusée le montrait avec en sa gueule une poule, une analyse montra plus tard que la scène photographiée était en fait un montage.

Seul un précieux film d’une minute nous montre le comportement de l’animal. J’ai réussi à retrouver sur internet la vidéo diffusée au musée d’Hobart.


Ornithotiger_PDComme toute grande disparition, certains sont persuadés que son existence perdure. Et comme l’Atlantide ou les dinosaures, certains l’ont vu, d’autres tentent de le ramener à la vie en le clonant. Concernant le premier fait, il se pourrait être réel, avec un nombre total de plus de 3800 potentielles observations depuis 1936. Ceux qui l’ont vu sont-ils les mêmes que ceux jurant avoir été enlevés par des extra-terrestres? No sé! De l’autre bord, certains réinventent à Jurassic Park, le projet semble très couteux, mais après quelques années de travaux, deux chercheurs de Melbourne ont réussi en 2008 à restaurer son ADN. L’Homme n’a même plus besoin de se repentir de ses pêchés, il les « répare » lui même.

La faute bien qu’essentiellement causé par l’homme ne doit pas faire oublier que les iles ont un taux d’extinction d’espèces plus grands que les continents, cependant la Tasmanie manque de prédateur pour réguler certaines espèces. Le Thylacine n’étant plus, c’est le Diable qui a pris la relève, mais ce dernier voit depuis une vingtaine d’années son nombre diminuer à vitesse grand V à cause d’une maladie pour le moment incurable. Le prédateur qui actuellement prend la relève se trouve être le renard, dévastant de façon alarmante la diversité originaire de l’ile. La menace qu’il représente est prise très au sérieux, et est considérée par certains comme la plus grande épreuve auquel l’histoire moderne de la Tasmanie est confrontée (Dr. Tonia Cochran ).

Culturellement parlant, le thylacine jouit désormais d’une bien belle image, il en devient la mascotte d’un pays. Sur les plaques d’immatriculation un tigre y est dessiné suivit de la belle phrase « Explore the Possibilities » … les possibilités du crime oui! Comme je l’ai dit précédemment sur le blog, je trouve un brin hypocrite de mettre ce que l’on a cherché délibérément à tuer en symbole. Ils n’ont pas dessiné d’aborigène à la place des étoiles sur le drapeau national que je sache.

australia_flag_map

Sources:

http://en.wikipedia.org/wiki/Thylacine

http://fr.wikipedia.org/wiki/Thylacine

http://www.naturalworlds.org/thylacine/

http://www.cosmosmagazine.com/node/1414

http://www.tasmanian-tiger.com/thylafiles.html

http://wildlifetourism.org.au/about/policies/submissions/fox-control-in-tasmania/

2 thoughts on “Thylacine, le défunt tigre de tasmanie

  1. Ricky

    Hello,

    I speak french*
    Il y a toujours des Thylacines aujourd’hui dans le monde.
    Cette espere n’a pas du tout disparue. Je viens des Iles Seychelles et je suis aller chez mon oncle a l’ile de La Digue et dans sa cour, il y en avait un exactement comme dans le video que vous avez publier. Il m’expliquait que cette sorte d’animal etait illegal et qu’il avait acheter extremement cher. Il y a un fermier dans l’ocean Indien qui eleve cette animal. C’est une bete exceptionnel!

    Ricky

  2. sylvain vallee

    he bien partage cela ricky il a bien des gens qui disent que cet animal est disparus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *